Âme & Conscience _ Cabinet de Thérapie Holistique
¤ Marie LOPES ¤ 
Thérapeute Psycho-Corporel
Spécialisée en Psychotraumatologie & Victimologie


L'homme n'est son Maître qu'à la condition de savoir & sentir ce qu'il fait.. D'être à tout ce qu'il fait...
 D'être libre dans tout ce qu'il fait...

  • aide : appui, secours, assistance… à travers ces  trois noms il apparaît que l’aide est une action positive non imposée visant à  intervenir en faveur d’un sujet qui se trouve en difficulté.
  • la relation : est le lien existant entre l’écoutant et l’écouté. Ce lien est indispensable pour véhiculer l’aide dont le sujet a besoin.  

La relation d’aide est donc une relation de confiance  permettant à un patient de s’engager dans une séquence d’interventions  verbales afin qu’il puisse exprimer, comprendre et prendre en charge son  vécu, améliorant ainsi ses rapports à lui-même et aux autres. 
Ainsi,  la prise de conscience de ses dysfonctionnements psycho-émotionnels lui  permettra de surmonter ses doutes, ses blocages, de faire des choix  positifs dans son existence, d'acquérir plus de stabilité émotionnelle  et de se libérer de ses symptômes. 

L'objectifs : On peut en recenser sept principaux : 
Le premier sera d’aider le patient à repérer les émotions négatives qui le perturbent (anxiété, jalousie, pulsions de  mort, soif de vengeance…etc...)
Le second  d’être un miroir neutre, objectif et bienveillant. Cette position permettra au praticien de ne pas glisser  insidieusement dans un rôle de « décideur » à la place du patient. Elle  permettra au patient de percevoir plus clairement ses motivations, ses  sentiments, ses émotions, ses zones de faiblesse et de force, d’ombre et  de lumière, sans jugement.
Le troisième visera à rendre responsable le sujet ou plus exactement à ce qu’il admette et comprenne sa part de responsabilité dans chaque situation rencontrée, sans culpabilité mais  avec lucidité. 
Le quatrième est de lui permettre d’améliorer ses relations en sortant du sempiternel triangle: sauveur, persécuteur, victime. L’acquisition progressive d’une meilleure gestion de son  émotionnel et une compréhension profonde de ses positions psychologiques  au sein des conflits lui permettront de modifier considérablement le  regard qu’il porte sur lui-même ainsi que sa relation à « l’autre » tant  au niveau personnel que professionnel. 
 Le cinquième est une meilleure connaissance de soi qui l’amènera pas à pas à identifier avec plus de précisions quels sont ses  besoins, ses attentes, comment ceux-ci se sont construits durant  l’enfance.            
Cette identification doit permettre de faire des choix «  d’adulte », compatibles avec le principe de réalité. 
Le sixième est de soutenir le patient dans sa conquête de l’autonomie, celle-ci est fondamentale ! Car l’être ne peut mûrir, grandir, se libérer de ses chaînes que s’il accepte d’être pleinement  acteur et auteur de sa vie, en toute autonomie. 
 Le septième est l’accompagner dans tous les passages difficiles car une thérapie ou psychothérapie n’est pas « un long fleuve tranquille » que  l’on traverserait calmement, en plein émerveillement….   
Les résistances  peuvent être multiples, les refus de changement soutenus par la peur de  l’inconnu, de la transformation, jalonnent ce parcours… le retour de  souvenirs douloureux que le patient tentait d’enfouir au plus profond de  sa mémoire peut être extrêmement déstabilisant. 
Les attitudes de bases: Ces attitudes permettent au thérapeute et au patient de trouver leur place dans la relation : 
 La présence qui inclue la disponibilité. Présence à l’autre et présence à soi pour ne pas négliger les réactions que  suscitent en nous les propos rapportés par les patients, surtout lorsque  ceux-ci entrent en résonance directe avec l’histoire personnelle du  thérapeute. 
 L’écoute qui englobe l’écoute verbale et non-verbale (gestuelle, postures, silences….).
Cette écoute attentive et  neutre doit permettre au thérapeute  de comprendre ce que le patient  tente d’expliciter ou au contraire de cacher.
L’empathie
 qui est la capacité de montrer au patient que ses propos et ses résistances ont été entendus et compris. 
L’exploration qui consiste à aider le patient à identifier ses dysfonctionnements physiques, psychologiques ou sociaux à  travers différents outils thérapeutiques. 
La ré-médiation comporte le panel d’outils que le praticien peut mettre au service de son patient pour qu’il parvienne à réguler ses dysfonctionnements, retrouvant ainsi à terme son  harmonie intérieure.