Âme & Conscience _ Cabinet de Thérapie Holistique
¤ Marie LOPES ¤ 
Thérapeute Psycho-Corporel
Spécialisée en Psychotraumatologie & Victimologie


L'homme n'est son Maître qu'à la condition de savoir & sentir ce qu'il fait.. D'être à tout ce qu'il fait...
 D'être libre dans tout ce qu'il fait...

Qu'est-ce qui peut empêcher un enfant intelligent, plein de vie et d'idées de lire, d'écrire, de calculer et de se concentrer, de rester assis sur sa chaise d'école?Pourquoi d'autres ne parviennent pas à trouver un équilibre rationnel épanouissant, ou déploient des efforts démesurés afin de maîtriser des gestes quotidiens?


Chez l'adulte, ces troubles, bien que masqués par des mécanismes de compensation peuvent se traduire par des difficultés d'adaptation, des états dépressifs, des déficits de confiance en soi, du stress, des insomnies, de la fatigabilité

Lorsque les difficultés scolaires et/ou comportementaliste d'un enfant persistent malgré le soutien extra-scolaire, éducatif et psychologique qui lui est apporté, il faut que les parents, les enseignants et les éducateurs se posent la question:

Pourquoi en est-il ainsi?

Parents et enseignants sont confrontés aux difficultés de développement et d'apprentissage de certains enfants qui, bien qu'intelligents, sont dans l'incapcité de mettre en oeuvre les moyens de leur réussite et ce malgré leur potentiel, que ce soit à l'école ou dans leur vie personnelle.

Cela peut se traduire par des troubles identifiés tels que dyslexie, dyscalculie, dispraxie, hyperactivité, troubles de l'attention et de la concentration, ou par des troubles plus diffus du développement dela personnalité tels que timidité, agressivité, hypersensibilité.


Les réflexes archaïques : à quoi servent-ils ? Comment les repérer ? Pourquoi les intégrer ?


Les réflexes archaïques apparaissent in utero dès les premières semaines et sont ESSENTIELS à l’ADAPTATION, à la SURVIE, à la PROTECTION et au bon DÉVELOPPEMENT du nouveau-né. Il sont INDISPENSABLES pour APPRENDRE, COMMUNIQUER, S'ÉQUILIBRER, se COORDONNER, se PROTÉGER, avoir CONFIANCE EN SOI, se SENTIR en SÉCURITÉ, être ORGANISE, STABLE, se CENTRER, avoir une PERCEPTION JUSTE de l’espace, du temps.

C’est également grâce à ces mouvements réflexes que l’enfant va contrôler la tête, renforcer le tonus musculaire nécessaire à son développement moteur, intégrer ses sens et lui procurer une disponibilité posturale, intellectuelle, un bon développement émotionnel et un état de sécurité intérieure.


Ce que l’on entend par réflexe c’est un mouvement instinctif, de nature réflexe et automatique qui contribue à la croissance, à la survie et au développement de l’enfant. Certains d’entre eux peuvent être actifs tout au long de notre vie comme par exemple clignoter des yeux et respirer. Les réflexes infantiles sont déclenchés dans l’utérus et lors des étapes du développement moteur et s’intègrent de sorte à devenir inactif après l’âge de 3 ans.


La plupart d’entre nous sommes familiers avec les réflexes de succion et d’agrippement des bébés. Par contre, lorsque l’on veut identifier les réflexes qui agissent comme fondation au fait de se tourner à plat ventre, de ramper et de se déplacer à 4 pattes, la tâche devient un peu plus complexe. Les réflexes archaïques s’intègrent un à la fois suivant l’ordre précis des séquences du développement et permettent au bébé de passer d’un mouvement involontaire à un mouvement volontaire. Ainsi, des mouvements plus sophistiqués sont en place rendant le bébé plus en contrôle de ses mouvements.


Qu’est-ce qui brime l’intégration des réflexes ?

La recherche clinique a démontré que la présence de réflexes archaïques actifs chez l’enfant peut être le résultat des causes suivantes :

  • Manque de mouvement propre à la petite enfance – nous avons aujourd’hui de nombreux «bancs ou sièges de bébé » qui obstruent le besoin des nourrissons de bouger et de se déplacer. Les exemples incluent les transporteurs en plastique, les appareils de soutènement, parcs, balançoires, marcheurs, cavaliers, sièges d’auto, la télévision et les ordinateurs – tous entravent les possibilités de mouvement et limitent les mouvements instinctifs requis pour assurer le sain développement du cerveau.
  • Le stress de la mère pendant la grossesse, l’accouchement en siège, traumatisme de la naissance, accouchement avec calmant ou par césarienne.
  • Maladies, traumatismes, blessures et le stress chronique;
  • Toxines et métaux toxiques de l’environnement, complications avec les vaccinations et l’exposition à la pollution électronique.

Nous avons des preuves maintenant que des réflexes qui étaient complètement intégrés peuvent-être réactivés plus tard dans le cas de traumatismes, de blessures, d’exposition à des toxines et à des stress constant.



Une nouvelle approche pour lever les blocages

Sous stress, les réflexes sont retardés dans leur développement voire bloqués, ou toujours actifs ou réactivés et nous permettent de SURVIVRE : Enfant non désiré, grossesse sous stress, accouchement provoqué et surmédicalisé, césarienne, forceps, cordon autour du cou, etc., mais aussi vie scolaire de l’enfant, vie personnelle, relationnelle, professionnelle de l’adulte, catastrophes naturelles, accidents et traumatismes physiques ou émotionnels, paralysie cérébrale, AVC, etc.

Ils sont la SOURCE des difficultés d’apprentissage et de ce «noyau dur» comportemental qui persiste malgré un profond travail sur soi.


Difficulté d’attention, de concentration – Agitation, hyperactivité – Stabilité émotionnelle – Hypersensibilité – Autisme – Phobies – Dépression – Difficultés d’Apprentissage (lecture, écriture, dyslexie, dyspraxie, motricité globale et fine, coordination, langage, mémoire) – Énurésie – Stress scolaire, personnel, professionnel – Difficultés d’équilibre, spatiales, vertiges – Capacité à faire des choix – Ancrage, centrage, posture – Préparation aux concours, permis – Traumatisme crânien, AVC – Communication, relationnel – Confiance, estime de soi – Trouver sa place – Passer à l’action – Vitalité, énergie – Augmenter ses performances (musiciens, sportifs de haut niveau) – Déploiement des potentialités – Créativité – etc.

Ces 15 dernières années, des techniques corporelles douces permettant de réaliser cette intégration à tout âge ont été mises au point par des professionnels de l’éducation et de la santé.

Il est important de savoir que l'on peut revenir en arrière et, à l'aide de la répétition quotidienne de petits mouvements simples, re-stimuler l'information neuronale des premiers moments de la vie, ceci pour permettre aux réflexes persistants de terminer leur travail et de se transformer.

La nature du système nerveux de l'enfant peut alors s’appuyer sur des bases solides. Toute la sensibilité sensorielle sera prise en compte afin que le travail soit bénéfique.
Quels sont les comportements qui font penser à des problèmes de réflexes?

¤ S'appuie sur le coude ¤ Tiennent le crayon d'une façon anormale ¤ Ont le dos rond ¤ sont maladroits ¤ Ont la tête affaissée sur le pupitre ¤ S'assoient sur leurs jambes ¤ Ne s'assoient qu'à moitié sur les chaises ¤ N'aiment pas les jeux de ballons ¤ N'arrivent pas à rester tranquille en classe ¤ Se déplace sans arrêt ¤ Ne parvienne pas à se concentrer ¤ Sont épuisés en fin de journée ¤ Refusent de faire leurs devoirs le soir ¤ Se renferment sur eux mêmes ¤ Développent des structures de pensées négatives "je suis nul"

Déroulement des séances: 

1. Un rendez-vous sera pris pour une première consultation et vous aborderez en détail le développement, le comportement et les apprentissages de votre enfant.

2. Ce premier entretien d'une heure environ, sera l'occasion d’appréhender avec votre neuro-physio-thérapeute les difficultés rencontrées par l'enfant. Ultérieurement, vous reviendrez avec lui pour faire un bilan neurophysiologique.

3. Le bilan neurophysiologique  est totalement non-invasif, aucun équipement particulier ne sera utilisé. L'enfant devra réaliser différents mouvements pour mesurer les réflexes archaïques persistants et la sensibilité corporelle. Il est important qu'il ne se sente pas jugé, il ne peut être en échec!

4. Après le bilan, les résultats sont discutés, votre enfant et vous-même découvrirez le ou les premiers mouvements de neuro-physiothérapie. Les mouvements, qui doivent être faits quotidiennement ne durent que cinq à dix minutes. L'enfant a besoin d'un adulte pour l'aider, l'encourager et le superviser.